Le rappeur Lee Chang, une voix au service de sa patrie


Haïti regorge des talents dont on ne saurait se passer. Ils ne sont pas tous connus du grand public. Cependant, ils ont quelque chose de spécial à offrir. Si certains utilisent leur voix pour explorer le concept "amour" dans presque toutes ses dimensions, d'autres font usage de la leur comme pour apporter leur pierre dans la constrution de leur pays. À cette deuxième catégorie s'alligne le rappeur aux verbes subversifs, Lee Chang.


"Gen yon jou ki pral vini pou Ayiti". C'est John Jean Mary Lee Chang Conty, optimiste comme lui seul, qui nous le dit dans ce titre, le dernier morceau mis en rotation par l'artiste et auquel les firands de la musique en général, le rap en particulier, ont accès à travers des différentes plateformes musciales. Dans ses vers, le rappeur a visité les prouesses accomplies par nos ancêtres en 1804 et, de ce fait, invite les Haïtiens à suivre cette même voie.


Lee Chang ne cesse de promener son regard sur Haïti tout en visitant les lieux les plus laids de nos actions qui, comme conséquences, produisent le sous-développement. L'originaire de la commune de Torbeck, département du Sud, promet une autre chanson titrée "Malgré tout" et c'est pour bientôt.


"Malgré tout" est annonciateur d'une autre nouvelle. Quoi? Ce morceau constitue un pretexte pour que le rappeur accouche son deuxième album sur lequel nous trouverons différentes saveur, mais la cause haïtienne aura toujours une place à part dans son travail. La date de sortie de "Malgré tout", Lee Chang, à en croire ses propos, nous la communique sous peu.


Petit, Lee John Mary Lee Chang a laissé Haïti et a fait la rancontre du rappeur Don Carnage de qui il a appris les premiers condiments du Rap. Au fil du temps, il a peaufiné son talent, le voilà déjà auteur d'un album et un autre en pespective. Entretemps, allez déguster "gen yon jou ki pral vini Pou Ayiti" !





Wesker Sylvain