« A la de ka », Zafèm fait-il peur ou annonce-t-il la couleur?


Jamais une chanson n’avait suscité autant de réactions. C’est d’autant plus curieux pour une « industrie » musicale aussi truffée d’embûches et de sous-entendus. « Ala de ka » est la sensation de cette fin d’année. Sorti le 5 décembre, ce deuxième single permet toutefois de concéder d’autres ambitions au groupe Zafèm qui semble faire peur par rapport à cette unanimité dont il jouit depuis sa création.


Annoncée le 25 Novembre 2020 sur la page facebook du groupe, ce deuxième single fait une rare unanimité depuis sa sortie officielle au milieu de différentes catégories de la société. Mélomane, opérateur culturel, sur les réseaux sociaux, Dener Céide et Réginald Cangé récoltent les feed-back.


L'artiste Roody Rood Boy a été le premier à donner le signal. Au volant de sa voiture, il a avoué l’avoir écoutée en boucle.


Kenny Haiti, de son côté a réagit sur son compte twitter: " M di ki mele m, a la de ka. Zafem refe l anko".


Les fins connaisseurs du milieu culturel haïtien ont aussi ressenti le besoin de s’exprimer. Johnny "Djecee" Célicourt, connu pour ses analyses méticuleuses et rigoureuses est allé jusqu’à présenter ses vives félicitations au groupe.


"Mizik se siwo, melomàn se foumi. Depi siwo a pa fake, depi l byen sikre, konsomatè ap tounen foumi fou dèyè l. Ou mèt mete barikad an fè, bouda nini" peut-on lire sur le compte twitter du membre de l'émission Mardi Alternative sur Caraïbes FM.


Son compère, l’animateur Philippe Saint Louis a abondé dans le même sens.

"Gyet, mizik A LA DE KA Zafem lan se yon pwoblem. Chak fwa ou tande l, ou dekouvri yon bagay", a-t-il tweeté.



Maintenant, on est en droit de se demander pourquoi autant de réactions, notamment des autres autres musiciens et anianteurs.

Cette vague de félicitations doit nous mettre la puce à l’oreille, puisqu’elle n’est pas habituelle dans le milieu musical haïtien.


Il faut le reconnaître, Dener Ceide est, depuis au moins la dernière décennie, l’un, sinon le meilleur compositeur dans le secteur du compas. On se rappelle comment il a fortement marqué les années 2016 et 2017, à travers ses compositions tant pour Zenglen, Klass, Mass Konpa, Disip entre autres.


Est-ce un retour d’ascenseur ? Ou simplement l’application du « si j’embrasse mon rival, c’est pour mieux l’étrangler » de Jean Racine. Ces réactions sont-elles toutes sincères ?


« A la de ka » serait une radiographie du secteur musical haïtien. Le chanteur du groupe K-zino, Yves Gérald Chéry a quant à lui produit en ce sens une analyse profonde du texte selon laquelle, il faut aller au delà d’une simple histoire amoureuse, comme la musique la présente au premier degré. Gérald invite l’auditeur à saisir un second degré assez pertinent, qui dénonce une « HMI » jonché d’hypocrisies, de boycott et de concurrences déloyales. Tout compte fait, le génie de Dener Ceide n’est pas à son coup d’essai en termes de création.


Après Savalou, sortie le 17 décembre 2019, Zafem qui n’a pas encore joué devant un public fait peur à certains, ou annonce la couleur.


Il n’en serait autrement pour un duo explosif constitué de Réginald et de Dener.





Richarson Bigot

Richardsonwitesbigot@gmail.com

    ADDUCTION MEDIA
Adduction Photo Profile.jpg
Recommanded Reading
Search By Tags
Follow "THIS JUST IN"