Festival Mizik Saint-Marc, une onzième édition débutée sur fond d’irrégularités

Le public haïtien peine encore à trouver une manifestation culturelle dotée d’une expertise appropriée. À l’instar des autres activités où le public est souvent sorti victime, le public saint Marcois n’a pas été épargné lors de la première journée de la 11e édition du festival annuel. Cette activité lancée en 2007 par M. Harry Luc de Handzup Group, originaire de la cité de Nissage Saget. Malgré vents et marées, ce festival poursuit son chemin tous les ans. Cette année, cette manifestation culturelle dans la deuxième plus grande ville du département de l’Artibonite est fixée du 24 au 27 Avril 2019. Le mercredi 24 Avril a été le début de cette 11e édition où les irrégularités étaient plus qu’évidentes. Après un long retard, le public était épuisé par les temps morts répétés dûs à un manque de planification. Les artistes locaux ont fait montre d’un amateurisme sans borne quand certains d’entre eux ont refusé de respecter le temps de performance qui leur est reparti. Leur "check sound" comme la recherche des "beats" sur leur computer retarde le festival. En ce qui a trait à l’éclairage, une partie du stage n’en est pas du tout touchée. Ce qui rend encore plus difficile le travail des journalistes de bien tirer des images des artistes. Harry Luc, un expérimenté dans la gestion de scène dans les grands événements ne pouvait pas empêcher aux gens de se promener ou de prendre des photos sur le podium pendant que des artistes sont en plein spectacle. Les médias présents à cette première journée du festival connaissaient tous les maux du monde. Ils avaient du mal à accomplir leur tâche quand des privilégiés ont envahi l’espace réservé à la presse. À noter que Jean Belony Murat dit Belo était le principal MC de la soirée. Il joue ce rôle depuis des années selon les témoignages de plusieurs festivaliers. Beaucoup d’artistes évoluant à Saint-Marc s’offraient en spectacle. Nombreux sont ceux qui n’ont pas gagné les cœurs des festivaliers. Certains ont été chassés par un public énervé et en quête du plaisir. Nous mentionnons par contre les meilleures prestations de cette première journée du festival. L’artiste féminin Alexa, avec un rythme reggae a donné la toute première prestation qui a réveillé le public de son sommeil. K-Dilak, un rappeur passé de présentation pour ses chansons révoltantes en essayant de peindre la réalité des couples de nos jours, à sa manière , a fait chanter le public. Les refrains de ses chansons les plus médiatisées étaient sur toutes les lèvres. La jeune artiste Lhynn, avec des musiciens chevronnés comme le maestro Caleb FRANCOIS a épaté son public. Sous l’applaudissement et les cris du public, la jeune Saint-Marcoise s’est illustrée de la forte belle manière pour sortir la tête haute dans sa ville natale. K Niway, la bande a Kenny Desmangles a été le plat de résistance de cette première journée du festival. Une formation musicale très peu médiatisée malgré ses prestations les unes plus intéressantes que les autres. Un album studio est le seul vide à combler même si Kenny jouit encore d’un grand estime pour tout ce qu’il a accompli dans la musique haïtienne. Pour les autres jours du festival, nous espérons que le comité prenne au sérieux la logistique, la gestion de la scène et l’espace réservé aux médias afin de mieux favoriser le travail des journalistes.

Me Richarson Bigot,Av. www.adductionmedia.com

    ADDUCTION MEDIA
Recommanded Reading
Search By Tags
Follow "THIS JUST IN"