*La deuxième édition de Sumfest 2018, un signal positif pour la période estivale*

À un moment où le doute plane au sein du secteur culturel suite aux événements survenus les 6 et 7 juillet 2018, la deuxième édition de sumfest redonne espoir aux groupes musicaux, aux promoteurs et aux vacanciers.

Ce dimanche 29 juillet 2018, Wahoo Bay a reçu pour la deuxième fois l'une des meilleures manifestations culturelles pour la periode estivale.

Malgré les prix exorbitants des billets, des boissons et des plats de fruits de mer, le public a fait le déplacement en masse pour participer à cette ambiance grandiose.

Un décor bien planté avec l'effigie de différents sponsors du festival, une sonorisation parfaite atteignant même les plages les plus lointaines de la Côte des Arcadins, les maîtres de cérémonie en l'occurrence Carel Pèdre et Marc-Anderson Bregard étaient déjà dans le "back stage", les micros et cameras de la presse étaient déjà allumés pour la retransmission en direct ou en différé, mais dommage le comité n'était pas encore prêt selon notre constat.

Une activité qui devrait démarrer à 8h AM selon les membres du comité lors de la conférence de presse Pré-Festival, mais il était midi quand une bonne partie des fêtards n'ont pas encore trouvé le déclic de l'activité et ont profité de combattre la chaleur via la piscine et la mer.

Entre temps les animations pleuvent avec les différents DJs qui ont été retenus dans le line up. Ils ont essayé de mettre le public en liesse.

Sous un soleil de plomb et un sable désertique, le très jeune Paska parvient à attirer l'attention du public timidement avec une chorégraphie et un son tout à fait étranger.

Quant à Belo, un artiste qui est passé de présentation, il a quand même amorcé le public avec quelques-uns de ses hits et a fait un retour sur des hits du passé pour tenter d'apporter quelque chose à un public un peu évasif.

Mikaben pour sa part a succédé à Belo mais n'a pas trouvé la bonne formule pour mettre le public en liesse. La preuve que son dernier album nécessite un sérieux coup de pouce pour atteindre le maximum.

Baky, malgré l'ovation du public en entonnant depuis le back stage sa chanson tube KOUPAB, le public faisait montre d'une certaine timidité perceptible. G.Ok de Team Lobey n'a pas apporté grand-chose à la prestation de Baky.

Vayb de Michael Guirand, l'héritier authentique de Carimi. Le premier groupe Compas à avoir offert une prestation dans cette deuxième édition de Sumfest. En essayant certaines chansons logées sur son dernier album, le public a réagi comme si c'était une grande première.

Maestro, Enposib et Kaï ont offert à tour de rôle une prestation les unes plus festives que les autres. Mais chacun de ses groupe a satisfait le public avec leurs chansons estimées être mesure de créer une ambiance au max.

Barikad Crew, un groupe à tendance rap qui, malgré son inconstance sur la scène fait bouger le public du commencement jusquà la fin de sa prestation. Mais la mauvaise note de Barikad c'est la blague du goût fade du rappeur Izolan qui annonce être le successeur du Président Jovenel. Une déclaration qui a soulevé la colère de plusieurs haïtiens dans la section de VIP et dans la grande foule.

Harmonick qui est sur une bonne pente avec la sortie depuis l'année dernière de son album ''Degaje'' a fait chanter à l'unisson tous les hits. La tournée estivale s'annonce très intéressante pour les hommes de Rodney Noël qui fêteront sous peu leurs 10 ans d'existence.

Après le show manqué de Tony Mix, transporté sur une civière sur la scène. Avec aussi la participation de l'artiste Favioline qui joue la chanson ''ONA'' avec sa violon, mais dommage un machiniste a interrompu le show en deconnectant le câble de la violon. Mais sans aucun doute, Tony a enflammé l'espace de wahoo bay avec ses mix.

Le groupe T. Vice dans un format tout à fait inédit avec Roberto seul au devant de la scène et un jeune guitariste assurant dignement la relève, le groupe dénommé "Mèt Beton an" a fait ce qu'il fallait et a bouclé sa prestation avec des séquences très entraînantes de quelques chansons carnavalesques notamment le fameux '' ELIKOPTÈ" .

Roody Rood Boy, champion en titre du carnaval national n'a pas offert une superbe prestation puisqu'il joue en play back certaines de ses chansons en rotation jusqu'à sa chanson carnavalesque 2018 ayant réactivé ce public fatigué depuis environ 10 heures.

Djakout #1 sans Steeve Khé et T-Regi, a ressuscité le public avec les intros magistrales des chansons logées sur le dernier album du groupe intitulé '' NOU PAP DOMI DEYO'' . Malgré les rumeurs et le manque de promotion de l'album, Djakout a encore la formule nécessaire pour mettre en extase un public à n'importe quelle occasion.

Kreyol La qui devrait jouer avant, tel qu'il a été prévu, s'est trouvé à la fin du festival pour en mettre un terme. Ti Joe, de jour en jour fait preuve de maturité en faisant bouger la foule à sa guise mais son mécontentement était exprimé en début de prestation. Kreyol La essaie à chaque prestation de se faire une place dans la cour des grands.

Pour rappel, après 4 jours de la célébration des 63 ans du compas Direct, pas même une photo de Nemours Jean Baptiste, le créateur de ce genre musical le plus populaire d'Haïti, n'a été exhibée en signe de gratitude.

Et seule la presse culturelle peut se plaindre du mauvais traitement subi lors de cette deuxième édition de sumfest.

Nous espérons que ce festival soit un signal positif pour le reste de la période estivale puisque tous les opérateurs culturels s'inquiétaient de la conjoncture politique du pays.

Me Richarson Bigot, Av.

Journaliste

ADDUCTION MEDIA

richardsonwiltesbigot@gmail.com

    ADDUCTION MEDIA
Recommanded Reading
Search By Tags
Follow "THIS JUST IN"